Espaces hybrides et frontières

Une des caractéristiques les plus proéminentes des espaces urbains postcommunistes est leur caractère composite et en apparence incohérent. Des églises, des banques, des parkings, des immeubles, des petites maisons à côté des gratte-ciels ou des Mall, tout est rassemblé dans un même lieu et cela pose la question des effets de cette étrange co-présence au niveau de nos pratiques quotidiennes. Comment les reconversions des lieux urbains, les privatisations des espaces publics, la présence de nombreux obstacles urbains ou des stimuli visuels dans notre chemin (poteaux, voitures garées sur les trottoirs, affiches publicitaires, etc.), nous affectent-ils dans nos traversées quotidiennes de la ville et dans notre sentiment de familiarité avec l’espace urbain ?

Quelles nouvelles frontières urbaines apparaissent suite à ces transformations ?

The pavement as a public good and urban space privatisations

When walking in front of the commercial spaces created by transforming into shops the ground floor apartments of 4-storey blocks,

Restrictions related to residences on the boulevard and new urban frontiers: “behind, it's something else

Besides boulevard-specific features, such as noise and congestion, a large boulevard is also an additional driving force that exerts pressure,

The former Hidromecanica factory and the new development prospect

This neighbourhood, currently called the new city centre, accommodated for over a century a series of companies

Autres catégories

© 2018-2019 Familiar-City.org